pailladistas

Retour vers le futur – Djamel Bakar, ce héros

Il y a quelques jours, Antoine vous dévoilait ses fantasmes sur la future saison de Kevin Bérigaud. Comme moi, vous savez que tout cela n’était que foutaise, l’attaquant vedette de la Paillade ce sera Djamel Bakar et personne d’autre !

Djamel Bakar, le choix de la sagesse

Je vous le dis et le répète depuis quelques semaines déjà sur Twitter, Djamel Bakar est l’élu. Exit Mounier, notre joueur clé sera Comorien, et c’est sur Pailladistas que vous l’aurez lu en premier.

Barrios parti, les clés de l’attaque sont confiées à Kevin Berigaud et Djamel Bakar. Un signe fort de la part des dirigeants, désireux de montrer l’ambition du club à l’Europe entière. Et pour vous montrer que ça ne sert à rien de recruter, projetons-nous durant cette saison 2015-2016, et découvrons la fantastique saison de Djamel.

Paris humilié, Paris Bakarisé

Kevin Bérigaud titulaire, Djamel Bakar ronge son frein en ce début de saison. Remplaçant lors des matchs nuls contre Angers et Rennes, Djamel ne dispute pas la moindre minute de jeu. Le plan semble pourtant clair, coach Courbis désirait garder son arme secrète pour le match face au PSG.

Rempli de vacanciers Parisiens, c’est une Mosson en fusion qui découvre un nouvel homme. Baptisé « Bakarinho » lors de ce soir d’aout 2015, Djamel prend le match à son compte et comble du bonheur, place une olive à Cavani, de nouveau exclu.

Auteur d’un triplé fantastique, l’expression Bakarisé fait son apparition aux guignols de l’info. Malheureusement le buzz ne prend pas – les guignols étant passés en crypter, seuls 37 téléspectateurs ont assisté au sketch -, ah qu’ils sont loin les #TouchePasAuxGuignols.

Foot Mercato, West Ham et jeux de mots

Les matchs se succèdent et Djamel confirme sa bonne forme, inscrivant trois buts à Troyes (ce qui nous vaudra quelques jeux de mots gênants de la part de Laurent, par avance, désolé) avant de scorer régulièrement en Ligue 1 pour aligner un impressionnant total de 21 buts à l’intersaison.

West Ham est d’ailleurs sur les rangs pour s’offrir Djamel durant le mercato, mais fort heureusement Nicollin refuse de vendre le joueur « à cet Aston Villa du pauvre ». L’offre de 17 millions refusée, Djamel Bakar prend encore plus confiance quand Foot Mercato l’envoi signer à Manchester United. Hélas, l’offre ne viendra jamais, pas grave.

Norwich mon amour

Gonflé à bloc, Bakarinho reprend la saison comme il l’avait laissé, en bottant des culs. Un temps annoncé partant, Bérigaud ne se contentera que de quelques matchs de coupes… sans grande réussite.

Le MHSC champion de France quelques mois plus tard, Djamel Bakar dédiera sa brillante saison à Jean Fernandez, coach ô combien charismatique du MHSC . Soulier d’or Européen, Djamel embrassera l’écusson sur la Place de la Comédie, déclarant qu’ô grand jamais il ne quitterait Montpellier. Hélas, quelques jours plus tard, Louis Nicollin acceptera une offre de 13 millions de la part de Norwich, le nouveau club de coeur de Djamel Bakar.

Vous l’aurez compris, c’est une saison exceptionnelle que nous vivrons grâce à Djamel. Alors, toujours envie de recruter, le prêter, le vendre et de manquer ça ?

J’ai réussi à rater le titre de champion en 2012. Depuis, je squatte la Mosson au cas où il se passerait un truc. J’attends toujours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *